Une route hors du commun : la Carretera Austral

Ah la Carretera Austral…., voilà des mois que nous en rêvions. Nous avions vu pleins d’images, lu plein de récits d’autres cyclos ayant parcouru cette mythique route à vélo, mais rien de cela ne nous avait préparés à vivre les moments d’intense bonheur « cycliste » que nous avons vécus tout au long de ces six semaines.

1700km de bonheur pour nos yeux qui se sont régalés de paysages montagneux, de glaciers, de rivières coulant directement de ces derniers et de lacs aux eaux turquoises.

Quant à nos jambes, elles ont eu aussi leur part de bonheur, du « Ripio » passant d’agréable à impossible à rouler, des montées et des descentes qui se succèdent pour les empêcher de s’ennuyer et d’attraper froid.

Et nous, nous avons été les spectateurs de ces magnifiques paysages qui nous ont fait vibrer et frissonner, des odeurs qui nous ont embaumés, des contacts avec les habitants et les cyclos croisés sur la route qui nous ont remplis de bonheur et confortés dans notre idée que le voyage à vélo n’est pas un exploit sportif, mais une énorme chance qui nous est donnée d’aller à la rencontre des autres et de s’imprégner d’un pays tel qu’il est vécu au quotidien par ses habitants.

Et pour ceux qui n’ont pas la chance d’avoir entendu parler de la Carretera Austral, c’est une route d’environ 1200km qui parcours le sud du Chili pour s’arrêter à Villa O’higgings, dernière ville terrestre de la Patagonie du Nord, la route n’y est arrivée qu’en 1999 !

On dit « route », mais hormis 200km qui ont récemment été asphaltés, la Carretera c’est surtout un chemin de terre et de cailloux que l’on peut aimer ou appréhender en fonction du temps qu’il fait !

Durant ces kilomètres les paysages ne cessent de changer, plus on avance vers le sud plus les villages deviennent rares voir inexistants, les câbles téléphoniques disparaissent, la nature reprend tous ses droits.

La météo est un compagnon très important de celui qui parcourt cette route car en l’espace de quelques heures on peut traverser les quatre saisons de l’année.

Vous l’aurez compris, la Carretera nous a fait transpirer et brûler par ses rayons de soleil, nous a arrossés de ses pluies torrentielles, nous a fait frissonner par ses températures et ses vents, mais elle nous a surtout procurés un plaisir immense et permis à nos corps et esprit d’emmagasiner des milliers d’images et de souvenirs qui nous permettront de tenir jusqu’à notre prochaine aventure…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *